Menu Fermer

Le courrier… Le courrier

 

Vieille-enveloppe

Salut les gars,

Je reviens de Cliverland où je me suis fais vraiment ch..r. J’ai réussi à pondre avec Manu le dernier album de Jeff Aerian & Joss Heppa, cela dit heureusement que j’ai palpé un max ! Leur album sortira en septembre. Les gars d’Universal ont l’air confiants… Enfin avec tout ça j’ai raté votre show de vendredi.

Put…., sans déconner,  l’harmonica avec les groupes de jazz c’est terminé. Tout ça c’est quand même des musicos qui savent pas lire une partition et qui jouent les yeux fermés.

Je passe récupérer mes fringues et mon matos chez Céline à Québec et je vous dis banco pour le poste d’agent de sécurité que vous proposez. Je suppose que c’est comme d’habitude : je laisse passer personne sauf si elle crie « LUDOOOOOOO !!!!!! »

Je vous appelle dès que j’ai atterri.

Harry Cover

* * * * * *

Lettre de Robert H. – 13/05/2013

Messieurs bonjour,

Je viens de découvrir votre site après qu’un ami m’en a parlé et je dois avouer que je suis horrifié par la violence et la platitude de vos chansons.

Votre marmotte revêt clairement un caractère intransigeant à la limite du fascisme et sa vue m’est simplement intolérable.

Lorsque la semaine passé cet « ami » m’a glissé à l’oreille pendant une réunion du conseil municipal : « Tu devrais écouter les Trics Beans, ça va te détendre », je reconnais qu’en tant qu’amateur de grande musique et de découverte j’ai cru d’abord à un canular.

Que nenni !  Tout ceci est sérieux ! J’ai été abasourdi devant cette propension à l’incitation à la violence dans vos supposées compositions.  Vous ne faites que résumer l’homme contemporain comme étant une sorte de rockeur délabré qui ne supporte personne : ni son fils (Watt the Hell), ni les autres (Mon monde), ni notre société (Interdit Bancaire), ni la culture (Comptine Punk), ni ces congénères (Faux-Frère), ni la religion (Deal Vaudou), ni le capitalisme (Super Marché).

 J’ai 44 ans, marié, 7 enfants, président d’un club de palet,ancré dans certaines valeurs religieuses et morales, je mène par ailleurs une grande carrière à la poste de La Motte Beuvron depuis 1987 et je pense donc en mon âme et conscience être légitime pour pouvoir qualifier votre « mouvement » « musical » de nul, inutile, et choquant.

 Je vous souhaite de faire une carrière courte et ratée.

Robert H.

 * * * * * *

Lettre en Recommandé avec A/R de Michel S. – 20/04/2012

Messieurs bonjour,

Je devrais commencer par vous féliciter pour votre bon goût : nous avons le même. Ce n’est d’ailleurs pas la seule chose que nous partageons puisque nous avons aussi le même nom.

En effet, je suis le leader charismatique du groupe éponyme : Les Haricots Rouges.

Evidemment, c’est bien l’objet de ma correspondance. Votre choix patronymique nous pose problème à moi, mes musiciens, ma maison de disque et notre compte en banque commun.

Au départ je n’ai pas dit grand chose. Je pensais même ne jamais avoir à le faire, certain que vous n’étiez qu’un moucheron écrasé sur le pare-brise de ma Ferrari. Mais au bout de 24 mails privés sur Facebook, en 2 mois, toutes de jeunes femmes entre 40 à 50 ans, me demandant à chaque fois pourquoi le guitariste avait quitté l’hotel précipitemment au petit matin sans laisser son numéro… j’avoue que je me suis lassé.

Cela étant, ce n’était pas difficile de comprendre que nous n’étions pas les destinataires des complaintes : nous n’avons pas de guitare.

Je vous donne six mois pour changer de nom, nous rendre notre page Facebook, notre nom de domaine, sinon je me verrais dans l’obligation de demander à mon avocat de vous aplatir comme une limace sous le pneu de ma Porsche. Au fait, vous pouvez garder votre mascotte puérile, elle me fait l’effet d’une goutte de pluie sur la capotte de mon coupé Mercedes.

Je ne vous dis pas à bientôt. Je souhaite ne jamais vous rencontrer en vrai, d’ailleurs je m’en fous, soyons francs.

Michel S. – Artiste