Menu Fermer

Chronique Metaldream du 22/02/2016

Lien vers la Chronique originale

Les mythiques rockeurs fêtards aux multiples récompenses mondiales ont enregistré live un de leurs nombreux méfaits, afin que les pays les plus reculés du globe puissent enfin se repaître de leur sens inné de la fiesta auditive.
Pas moins de 150 hommes surentraînés ont dû être mis sur la brèche afin de capturer live l’énergie des Beans…Ce fut un échec..Ils ont donc quasiment tout fait eux-mêmes..de l’auto-capture donc.
On est jamais mieux capturé que par soit même en quelques sorte !

Pour ceux qui ne connaissent pas Electric Beans , je leur conseillerais de se cacher dans un coin et d’attendre que l’orage passe, que le groupe soit calmé et reput de bièresssss… Ensuite, vous pourrez vous montrer au grand jour.

La capture sonore de ce concert live est tout bonnement magique, ce qui me pousse à dire qu’ils ont dû faire appel à un Spielberg de l’enregistrement live, et donc qu’ils se retrouvent tous dans l’obligation d’écouler plusieurs millions de ce skeud pour le rembourser, sans compter les lives sans défraiement qu’ils devront assurer…

Bref, les Beans ont pondu un live de folie qui restitue parfaitement, ou quasi parfaitement, l’énergie et la folie du groupe lors de leurs shows.
Pas moins de 68 minutes qui vont propulser l’humour des textes (en français) et la musique des Beans dans l’espace, à la rencontre du 3eme type qui n’est ni transsexuel, ni un monsieur madame …
Entre parodies, (partenaire particulier sur “What the hell”, des Innocents sur “Jeudi” entre autres), et plume acide garnie d’humour, les Electric Beans gardent toujours leur but principal en vue : le plaisir, la fête et l’amour de la musique qui les a bercés et les berce encore.
Les Rolling Bidochons n’auraient pas fait mieux en ce qui concerne les parodies, nos grands groupes français n’auraient pas non plus fait mieux, dans les compositions plus sérieuses.

Donc, une question m’est apparue : pourquoi est-ce que ce groupe n’est pas plus connu en France ? Qu’il ne passe pas à la radio entre deux actus déprimantes afin de redonner le sourire à nos Âmes en bernes ? Une question qui reste sans réponse pour l’instant… Mais qu’il faudra élucider un jour ou l’autre.
Un morceau comme “Jack” ou “Interdit bancaire”, qui sont bien plus sérieux, pourraient plomber l’ambiance festive, et bien non, c’est là que le talent opère. Les Beans prouvent qu’ils peuvent être sérieux et lâcher avec un putain de talent indéniable des compos dignes de nos meilleurs grands groupes français. Faut le faire non ?
Vocalement parfait, musicalement exquis et sur un enregistrement live digne d’eux, qui les met dans la dimension des plus grands, je trouve que ce live d’Electric Beans est un indispensable pour tout amateur de rock français.
Tout est réuni et condensé dans cet album live, Les Haricots électriques deviennent des haricots sauteurs quand on parle de performance publique.
Pas la peine d’en jeter plus sur ces 13 titres épicés, le skeud résume à lui-même l’essence d’Electric Beans qui, entre joie et peine, nous balance ses meilleurs morceaux durant 68 minutes. 69 ça aurait été trop salace, alors ils ont préféré débrancher le matos a 68 minutes, d’ailleurs je pense que c’est le boss de la salle qui les a foutus dehors, sinon ils auraient joués toute la nuit. WHAT THE HELL MOTHERFUCKERS !!