Menu Fermer

Le Clan Beans

Dans cette série de portraits sur les membres du clan Beans, nous ne pouvions pas être journalistiquement complets sans évoquer ici bas ceux qui là-haut dans les hautes sphères du metal VIP et du show business apportent leur pierre à la cathédrale metalleuse des Beans.

Hein ? Moi vouloir dire qu’avec les Beans y’en a d’autres des gens importants qui comptent et qu’il faut parler sur.

Avec Steve Jobs et Bill Gates, Ozh Mc Richward fait partie des chantres de la révolution web 4.0. Amoureux des Beans depuis qu’il les a vus en concert à Venice, en 1992, en première partie de Suicidal Tendencies, il rencontre Arno dans les loges et découvrent qu’ils partagent une passion commune pour l’écriture. Après les succès mitigés de quelques parutions gratuites à caractère diffamatoire les deux hommes prennent des chemins différents pour les carrières que l’on sait.

Outre un oeil aiguisé sur les textes et la direction artistique du groupe, Ozh a surtout apporté un atout de taille en construisant le site web que vous parcourez comme des morts de faim à la moindre parution de votre emplumé affidé..

Autre astre clé de la galaxie Beans : Gib. Cette comète de “Allezzzzz !!!!” de la bande dessinée, auteur de Adam et Achiotte, les deux brosses les plus métalliques de la place, donne vie à Mr Red Bean quasiment dès le début du line up actuel du groupe. Amateur de punk et de tout ce qui va “vite et fort”, dixit sa femme, il pousse aussi les Beans à se radicaliser et à ne jamais emprunter le chemin sinueux de la facilité commerciale.

Les 4 suivants sont des figures de la gastronomie française. C’est à l’anniversaire de Guy Béart que Phil rencontra pour la première fois Alexis, Phil, Thibaut et Tony, encore appelés les 4 fantastiques, soit les patrons du Duplex, de l’Agape, du Vintage, et du Chamboul’tout. Ceux qui nourrissent et désaltèrent tout ce qui se fait de mieux dans les pages des Inrocks et de Paris Match ont été les premiers à produire les Beans en concert et, malgré des chaises cassées, des plaintes pour viols ( NDLR : jamais prouvés ) et des amendes pour tapage nocturne : ils en redemandent !!!

Last but not the least, Gabriel. Cet ange de la post-production a su donner aux Beans un son qui n’est qu’à eux. Présent aux platines sur tout l’album du groupe, il est aussi le chef d’orchestre des concerts depuis peu !

J’aurais aussi pu vous parler de la Ville de Fressines, en Californie, qui a fait un musée à la gloire des Beans, et à qui François Hollande a administrativement refusé de changer de nom pour “Motherfucker Town”.

J’aurais pu vous parler des femmes et des enfants que les Electric Beans ont essaimés à chaque étape de leurs tournées mondiales, et qui les ont soutenus.

J’aurais pu parler de leurs sources d’inspiration : Dickinson, Cantat, Sardou…

J’aurais aussi pu parler de leurs frères de concert : les Concombres masqués, les Beer Tender, les PIcons du Lavoir, les Têtes de Ouf, John Caramel…

Ben je viens d’en parler.

 

 

Heckle Freux. Historien