Menu Fermer

Life of a Beans : Chapter One

Salut à toi visiteur,

Soit tu es un rockeur niortais qui, par la conjonction du hasard et d’un magazine gratuit distribué chez ton dentiste (Imag’In Niort 10/2013 (Cliquez pour lire l’article)) vient de découvrir le plus grand groupe de Heavy Metal Post-traumatologique du comté de Vouillé dans le New Jersey.

Soit tu es un programmateur professionnel de festival Rock et tu as été honteusement spammé récemment par le chanteur qui essaye de placer les Electric Beans, et ça tombait bien, tu cherches les Rolling Stones poitevins de demain.

Et bien décidément, en ce moment ta femme ne s’ennuie pas le week-end, ou alors ton pied droit a foulé une déjection fécale canine : car c’est ton jour de chance ! Je commence justement ce mois-ci le premier chapitre de leur biographie non-officielle quoiqu’unique.

Pour attaquer cette enquête anthropologique musicale, qui va nous envoyer au tréfonds de ce que le rock fait de plus violent, de plus sale et de plus animal, j’ai décidé de débuter par un ami d’enfance d’Arno, qui est le seul à avoir voulu me répondre d’ailleurs : John Caramel.

HF : John, you are a fuck’n Soul Singer and your life is just amazing. How could you express the relationships you live with Arno and the Beans ?

JC : te casse pas, j’habite dans les Deux-Sèvres, aux States, et je capte pas un mot d’anglais.

HF : euh, oui, et sinon, je voulais savoir : comment avez vous connu Arno et les Beans ?

JC : Arno et moi nous sommes connus au pensionnat, quand nous avions 6 ans. Arno s’est payé son premier disque de rock là-bas grâce à la chanson : il faisait chanter ses petits camarades et ça rapportait sévère.

HF : sais-tu comment les Beans se sont formés ?

JC : c’était l’été, un soir chaud et humide. La nuit qui tombait venait de sonner le glas d’une côte de boeuf saignante. Phil voulait remonter un groupe, un ange est passé et a poussé Arno vers un micro, Ludo passait à côté, il faisait son jogging, Frfr avait faim et avait reconnu l’odeur de la viande.

HF : OH MY GOD !!!! On est entre le Sacré, le biologique, le gastronomique : c’est carrément mystique !!!

JC : c’est surtout un gros coup de chatte. Si la voisine n’avait pas été retenue par ” Plus Belle la Vie “, elle serait devenue choriste et ils auraient fait de la soupe.

Propos recueillis par Heckle Freux