Menu Fermer

Si j’existe

Non mais laissez moi rire… Si si.  Et franchement en plus.
Je me marre, je me gausse, je toise et je m’esclaffe.
Je me gargarise en pensant à tous ces soi-disant fans des Beans, qui lisent cet article, qui suivent la page Facebook.

OUI, VOUS ! Ou tout du moins certains d’entre vous. Car comme un astronaute rescapé crashé sur mars, j’espère parfois ne pas être seul, tout en redoutant ce que je vais trouver.

Car vous et moi n’avons pas la même définition du mot “fan”. Un peu comme si on appelait  “artiste” un candidat à “The Voice”, ou comme si Justin Bieber était appelé “chanteur”. Pas la peine d’hurler, calmez-vous, inutile de gesticuler comme une jeune donzelle légèrement gênée par l’humidité soudaine provoquée par cinquante nuances de Beans.

Je développe. Mieux même, j’énumère, je détaille et je revends Dick, comme dirait Ice-T sur le Bon Coin.

Moi fan, j’ai déjà coché la date du 18 avril au soir et je sais que le lendemain matin je serai heureux et vidé comme une dinde un 23 décembre. Et vous ?

Moi fan, j’ai adoré les quatre nouveaux morceaux dévoilés et joués en public, et je suis allé sur la page Just Bean It pour lire et apprendre les paroles. Et vous ?

Moi fan, j’ai un T-shirt des Beans, et le 18 si je l’oublie je m’auto deshérite sur 4 générations. Et vous ?

Moi fan, je bois mon café au boulot dans un mug Beans, exhibant mon attribut devant les 5 collègues à qui j’ai vendu le disque. Et vous ?

Moi fan, j’ai pleuré d’émotion, en allant sur la page Just Bean It pour découvrir les paroles des 2 titres du deuxième album joués en exclusivité le 18 avril. Et vous ?

Et oui moi, si j’existe, j’existe, c’est d’être fan, d’être fan.

Heckle Freux – 51ème nuance de Gris