Menu Fermer

Sous dialyse…

Enfin, ça y est,

Après de longs mois de disette, les fans que nous sommes avons enfin pris notre dose d’Electric Beans.

Le concert démarre avec quelques minutes de retard, le temps pour les derniers arrivants de prendre place dans le Vintage, bondé à ras-bord, et de remplir leur verre.

Nous voyons les Beans s’installer, et pour accompagner quelques notes de Ludo en guise d’apéricube, Arno nous lance un “Salut bande de Beans !!! Vous voulez du Reggae ? Du Disco, ou du rock !!! “

Démarrage en trombe sur “Born to be wild”, “En tête à tête”, les Beans se rassurent et se mettent en jambe avec leurs standards…

On sait qu’il y a du nouveau, alors on l’attend, et c’est avec “Coup d’jus” que s’ouvre le bal des nouveautés. Quoi d’autre ? Et bien un problème technique, qui casse un peu nos Beans dans leur élan malgré un “What the Hell” et un “Partenaire Particulier” placés au début pour mettre le feu. Une fois les deux enceintes récalcitrantes branchées… le concert reprend et c’est un furieux “Beds are Burning” version Beans qui nous remet dans le ton immédiatement. Le public se chauffe, nous découvrons “Super Marché”, où l’on sent que le groupe est concentré plus que relâché.

Soyons francs, à ce moment les Electric Beans sont bons, mais la folie animale habituelle tarde à se déchainer, normal pour une 1ère.

Dans ces cas là il faut une mèche, un bidon d’essence…. C’est indéniablement “Faux-frère”, dans une version ultra agressive, qui lança définitivement la soirée.

J’aimerais être aussi précis sur le deuxième set, mais comme les deux cent personnes présentes, j’ai basculé dans la transe, le délire, et l’abandon total de soi…

Un petit mot tout de même pour les nouveaux morceaux :

Coup d’jus : entrainant
Super marché : décapant
Beds are burning : rageur
Deal Vaudou : mythique !
Wherever you will go : surprenant
Ces idées-là : contagieux
Chanteur de Rock : atomique
Message in a bottle : MONSTRUEUX
Au coeur de la nuit : éblouissant
J’accuse : engagé

 

10 morceaux, comme prévu, dix claques dans une soirée où Ludo semblait avoir 3 mains, où François s’était équipé de 4 poumons, où Phil communia comme jamais son sens du rythme, et où Arno finira sur le bar micro tendu, pour faire résonner la joie du public dans tout NIort…

Vivement les prochains… les dates s’accumulent… je mets le calendrier à jour bientôt ! !

 Putain, QUELLE SOIREE !!!

Heckle Freux – Rassasié

PS : on attend vos photos; vidéo et commentaires sur la page FB du groupe : www.facebook.com/The.Electric.Beans