Menu Fermer

Soyons positifs. Soyons créatifs.

A vrai dire la période a du bon. Ce parterre déambulant de lambdas masqués donne depuis fin mars à la populace une touche de personnalité inédite. Et ce n’est pas tout.

Parmi les points positifs de la période notons que la pandémie aura élevé au rang d’habitude mondiale la dénonciation de celui est est chaud, ou éternue, ou est sorti en soirée avec des potes. La pandémie aura sacralisé la délation de ses amis les plus proches… “oui je suis Corona positif , et hier soir j’étais avec la liste suivante de personnes qu’il faut enfermer et mettre en quarantaine.”

Incroyable.

Une époque de délation, de dénonciation… Une époque où tout le monde surveille tout le monde. Une époque pour corbeaux et esthètes de la plume.

Et puisque je parle de moi, il ne vous aura pas échappé que dans cette période faste et chaste j’ai pris de la hauteur. Lorsque le monde s’étiole, lorsque le juste en noces convole, lorsque les vaccins désolent et que les médecins s’affolent… le Freux s’envole.

Et que vis-je ? Du haut de ma sagesse pertinente ?

La période est aussi à la création.

Confiné enfin au plus profond de son céans, privé enfin de réunir dans une salle la grouillante armada de ses faux- lowers, le moindre “artiste” insignifiant de la scène publique commerciale s’est cru autorisé à créer en direct. Quand le selfie devient clip. Quand le culot troue leur slip.

Qui, dans les milieux autorisés (cherchez pas vous n’y êtes pas) a décrété comme loi imposable à tous que l’on pouvait estimer intéressant le processus créatif qui accouche d’une souris ? Vous et moi étions enfin privés de leurs interviews promotionnelles et en guise de substitut nous les récupérons fiers de se filmer chez eux, avec leur guitare sèche, leur mac, dans leur “petit” studio d’enregistrement privé… Heureusement que la médiocrité n’est pas contagieuse nous aurions tous viré au JuL. Au NuL.

Chez les Beans l’envie de créer, quoique virale, n’a point besoin de motivation, d’isolement ou de retranchement. Quand bien même ils seraient payés pour le faire en se filmant, avec un psy, pour y chasser some kind of monster. Non le Beans cherche, trouve, et prépare… en continu, toute l’année. Nous n’étions pas loin d’un nouvel album, nous nous rapprochons  certainement d’une oeuvre majeure.

Et quand il s’agit de majeur, la droiteur de mes intentions est rarement loin. J’ai moi aussi été touché par le doigt divin du créateur. J’ai moi aussi rassemblé des mots, pour en faire des lignes, puis des pages qui, mises bout à bout, racontent une histoire…

Vous aurez compris donc que ce billet, pour une fois, n’était ni une tirade ni une brimade… mais un teaser.

Soyons créatifs.

 

Heckle FREUX – De retour sur terre